Formule 1 - Super F1

Accueil > F1 > Hungaroring Qualifications : Hamilton maître sous la pluie !

Hungaroring Qualifications : Hamilton maître sous la pluie !

samedi 28 juillet 2018, par Toby Ratantely

Elle était redoutée depuis le début du week-end, elle est bien présente : c’est la pluie, évidemment, qui se prépare à rebattre totalement les cartes lors de cette séance de qualification du GP de Hongrie. Tous les pilotes sont en pneus intermédiaires alors que le feu vert est donné à 15h00 précises...

Q1 (P16 à P20)

Sans surprise, la plupart des pilotes se ruent en piste afin d’accumuler les tours dans ces conditions très particulières. Les intermédiaires (verts) sont de sortie, mais certaines parties de la piste sont quasi-sèches.

Les Mercedes sont parmi les premières à tenter leur chance face au chrono : Bottas, puis Hamilton, prennent tour à tour la tête, battus par Raikkonen, alors que les Red Bull semblent à la peine.

Mais déjà, les intermédiaires semblent dépassés : repassé en gommes slicks, Sainz prend nettement l’ascendant, avant d’être devancé par Magnussen puis Hulkenberg. Ocon accroche le cinquième rang en pneus intermédiaires, mais le Français joue clairement à contretemps.

De manière plus surprenante, Ricciardo a choisi les pneus tendres (et non ultratendres) pour tenter de se qualifier. L’Australien y parvient, mais c’est poussif : seulement la 12ème place provisoire, alors qu’Hamilton profite d’une petite amélioration des conditions pour reprendre la tête.

Déjà le drapeau à damier est brandi : Vandoorne loupe le coche de justesse (16ème), et devance trois pilotes peu habitués aux derniers rangs : Leclerc, Ocon et Pérez. Sergey Sirotkin ferme la marche.

Q2 (P11 à P15)

Des gouttes tombent de nouveau à l’entame de Q2, alors que la piste semble encore globalement sèche à l’exception du troisième secteur. Tous les pilotes s’élancent en pneus slicks... presque tous, car Vettel tente un coup de poker en chaussant les intermédiaires d’entrée de jeu.

Et le pari paie : arrivés au bout de leur tour de chauffe, tous ses rivaux se rendent à l’évidence, la piste est impraticable sans pneus rainurés, d’autant que la pluie retombe bien. Pendant ce temps, Vettel signe un chrono de 1’28"636.

Et comme les conditions se dégradent sérieusement, c’est une course contre la montre pour signer un tour décent. 2ème, Sainz est déjà à plus de 2" de Vettel, mais tout le monde est logé à la même enseigne. Verstappen et Hamilton sont également sauvés des eaux assez facilement.

Il faut attendre encore quelques minutes avant que le DRS ne soit enfin désactivé. Entre temps, Stroll a brisé son aileron suite à un contact avec le rail, alors que Raikkonen est parti en tête-à-queue, sans dommage.

On approche du drapeau à damier et la piste est maintenant totalement et fortement mouillée. Une victime de marque est à déplorer : Daniel Ricciardo, seulement 12ème derrière Alonso et dans l’incapacité d’améliorer, tout comme Hulkenberg, Ericsson et Stroll, également éliminés.

Q3 (P1 à P10)

Au terme des cinq minutes de pause de rigueur, le constat est sans appel : les conditions ne se sont pas améliorées, bien au contraire. Tous les pilotes rescapés ont chaussé les pneus pluie (bleus).

Bien décidés à frapper fort d’entrée de jeu, les pilotes Mercedes prennent les devants, Hamilton s’octroyant la pole provisoire devant Bottas en 1’37"5. C’est beaucoup mieux que Verstappen et Vettel, qui rendent 1"3 et 2" respectivement au leader du championnat.

Raikkonen, en revanche, semble plus en forme, et remonte brièvement au deuxième rang devant Bottas, avant que ce dernier ne reprenne son bien. Mais dans le tour suivant, Raikkonen prend la pole provisoire (1’36"186) au prix d’un très bon troisième secteur.

Mais les Mercedes élèvent encore le niveau : en fin de séance, Bottas franchit la barre des 1’36" (1’35"918) mais le dernier mot revient à Hamilton, avec un tour en 1’35"658. 3ème et 4ème, Raikkonen et Vettel concèdent plus d’une demi-seconde.

C’est donc une nouvelle pole position pour Lewis Hamilton ! Comme en Allemagne, le Britannique, aidé par les cieux, a forcé le destin au moment où il semblait sur la défensive. Derrière le top 4, un quatuor de pilotes estampillés "Red Bull" suit : Sainz, Gasly, Verstappen et Hartley. Les deux Haas de Magnussen et Grosjean ferment le top 10.


1